Caractérisation d’indicateurs de réponse à différents modes de traitement forestiers

Caractérisation d’indicateurs de réponse à différents modes de traitement forestiers

Coordinateur : Jacques Bardat (MNHN-IEGB – Muséum National d’Histoire Naturelle – Institut d’Ecologie et de Gestion de la Biodiversité).

Partenaires :
Université de Rouen, Laboratoire d’Ecologie,
Université de Picardie Jules Verne : Département de Botanique,
Université de Lille 2 : Département de Botanique,
Conservatoire Botanique National de Bailleul,
ONF,
Compagnie Forestière du Nouvion.

Le projet avait pour objectif de caractériser des indicateurs de réponse permettant d’évaluer l’impact de la gestion forestière sur la biodiversité des communautés végétales. Les indicateurs ont été recherchés dans les variations de composition floristique des communautés de plantes vasculaires et de bryophytes en réponse à une gamme de traitements sylvicoles. La démarche visait à évaluer aussi bien la diversité exprimée, en utilisant des indices de diversité, que la diversité latente, au travers de la caractérisation de la banque du sol.
L’étude a été menée dans une forêt équienne monopécifique de Normandie (système le plus artificialisé), une hêtraie-charmaie en Normandie traitée en futaie régulière et des forêts mélangées en Thiérache (taillis-sous-futaie et futaie irrégulière).
Les travaux font, de manière générale, le constat d’un manque de stades très matures et fermé des systèmes forestiers (ces stades sont favorables à certaines catégorie de plantes). L’étude fait dans le cas de la futaie régulière le constat d’une succession de cortèges, observable à la fois au niveau des phanérogames et des bryophytes.

Vous aimerez aussi...